Attentif au bien-être des dormeurs, Hästens a mené une étude nationale, en collaboration avec l’agence Insight Intelligence et Torbjorn Akerstdet. Elle a montré que la moitié de la population suédoise dort moins que le nombre d’heures de sommeil recommandées durant la semaine de travail.

Sans oublier que le sommeil qu’on s’autorise est, la plupart du temps, perturbé par l’anxiété et le stress.

Selon un sondage effectué auprès de 1 000 suédois âgés de 20 à 65 ans, plus de 22 % assurent que leur sommeil est mauvais voire très mauvais. Près de 64 % déclarent penser qu’ils ne dorment pas assez.

Un mauvais sommeil peut avoir un impact négatif sur nos vies. L’enquête a révélé que la concentration (31%) et la productivité (20%) sont les plus affectées par le manque de sommeil. Le risque est donc que le travail professionnel soit moins qualitatif. Le manque de sommeil est devenu aussi un problème de santé publique. 19% considèrent qu’il constitue un très gros problème pour eux, et 23% pensent que leur santé mentale a été affectée par un sommeil néfaste.

Les causes principales d’un mauvais sommeil : le stress et les ennuis familiaux (25%), les problèmes d’argent, la vie amoureuse, et pour finir le travail professionnel (16%). Quant à ce qui les empêche de dormir, une grande partie des sondés ont répondu qu’ils se couchent inquiets pour leur futur, leurs relations, et leur vie en général.

 

Q3_Model Sleeping_1_S©HÄSTENS